Projet
Seine-Escaut

Projet emblématique de la modernité du transport fluvial, de son renouveau en Europe (particulièrement en France) et des orientations durables de la politique européenne des transports, la liaison Seine-Escaut est aujourd’hui un projet à maturité porté par les territoires desservis.

Objectifs

Le projet Seine-Escaut vise à établir sur un axe économique majeur qui connaît une forte congestion routière, un nouveau corridor européen de fret entre Le Havre, Paris et Amsterdam, permettant la massification des marchandises sur des convois fluviaux emportant jusqu’à 4400 tonnes, et offrant à un bassin de 40 millions d’habitants un accès performant à 6 ports maritimes de la rangée nord.
Tonnage
Convois de 4400 tonnes
Bassin de population
40 millions d'habitants
Accès
6 ports maritimes de la rangée nord
Cette liaison fluviale à grand gabarit constituera la colonne vertébrale fluviale du corridor de transport européen Mer du Nord-Méditerranée, et contribuera à l’objectif européen d’un report de 30% du fret moyenne et longue distance vers la voie d’eau et le rail à l’horizon 2030
0 %
du fret moyenne et longue distance vers la voie d’eau et le rail à l’horizon
2021

Seine-Escaut est un réseau moderne de 1100 km de voies navigables à grand gabarit répondant aux enjeux économiques, sociaux et environnementaux européens et reliant entre elles 6 régions européennes : Normandie, Ile-de-France, Grand-Est, Hauts de France, Flandre et Wallonie.

6 régions européennes

1100 km de voies

Ce projet se décline en un vaste programme d’opérations d’aménagements comprenant :
  • les améliorations de l’infrastructure sur le bassin de la Seine et de l’Oise ;
  • la réalisation du canal Seine-Nord Europe au centre du réseau ;
  • les liaisons transfrontalières de la Lys mitoyenne ;
  • la remise en service du canal de Condé-Pommeroeul ;
  • en Flandre et en Wallonie, les bassins de la Lys, de l’Escaut et de la dorsale wallonne de Pommeroeul à Namur.

Décision d’exécution de la Commission européenne

L’Union européenne a signé le 27 juin 2019 une décision d’exécution du projet Seine-Escaut pour poursuivre son engagement financier sur la période 2021-2027 jusqu’en 2030 en raison du caractère stratégique du projet.

Le projet Seine-Nord Europe

Le canal à grand gabarit Seine-Nord Europe à construire entre Compiègne et Aubencheul-au-Bac est le maillon central de la liaison européenne Seine-Escaut. Sa réalisation permettra de supprimer le goulet d’étranglement que constitue le canal du Nord, qui relie les bassins de la Seine et du Nord-Pas de Calais. Il représente un nouveau système pour le transport de marchandises entre la France, la Belgique, les Pays-Bas et l’Allemagne.

Les travaux permettront la réalisation d’un canal à grand gabarit européen Vb, qui permettra d’accueillir des bateaux d’une longueur allant jusque 185 mètres et jusque 11,40 mètres de large, pouvant contenir 4400 tonnes de marchandises, soit l’équivalent de 220 camions.

Le projet de canal Seine-Nord Europe, élaboré avec les acteurs du territoire depuis 1993, s’accompagne d’implantations d’espaces portuaires générateurs d’activités liées à la logistique, l’industrie, au tourisme… Ainsi, 4 plates-formes multimodales seront localisées le long du canal et développés par les collectivités territoriales à Noyon, Nesles, Péronne et Marquion.
Premières représentations des 4 plateformes multimodales - Configurations précises en cours de définition

Chiffres clés

Liaison fluviale Seine-Escaut

1100 km

de voies navigables (dont 107 km de canal Seine-Nord Europe)

Trafic fluvial supplémentaire

6 milliards de tonnes/kilomètres

Trafic fluvial supplémentaire annuel attendu sur la liaison Seine-Escaut (après 10 ans d’exploitation) :

Report modal route vers fluvial

760 000 camions/an

Report modal annuel attendu des marchandises de la route vers le fluvial sur la liaison Seine-Escaut (après 10 ans d’exploitation) 

Infrastructure & ouvrages canal Seine-Nord Europe

107 km de canal

6 écluses, 61 ponts routiers et ferroviaires, 3 ponts-canaux

Où en est-on ?

Canal Seine-Nord Europe

Une convention de financement du projet Seine-Nord Europe a été signée le 22 novembre 2019 entre l’Etat et les collectivités territoriales concernées. La Société du Canal Seine-Nord Europe est devenue le 1er avril 2020 un établissement public local.
Le projet est divisé en 4 secteurs en matière de travaux. Pour le secteur 1 (Compiègne – Passel), la Préfète de l’Oise a signé le 8 avril 2021 l’arrêté valant autorisation environnementale. Les études approfondies sont en cours de finalisation. Les premiers travaux préparatoires ont été lancés en 2021, en vue d’une mise en service en 20217.
Pour les secteurs 2 (Passel – Allaines), 3 (Allaines – Etricourt/Manancourt) et 4 (Etricourt/Manancourt – Aubencheul-au-Bac), les études détaillées et les reconnaissances terrain ont été réalisées. Après validation du dossier d’autorisation environnementale et sur la base des études approfondies, les travaux pourront débuter en 2023 pour une mise en service à l’horizon 2028.

Axe Seine-Escaut

De nombreux travaux et aménagements fluviaux sont à réaliser d’ici 2028 sur l’axe Seine-Escaut, que cela soit en France ou en Belgique, conformément à la décision d’exécution de la Commission européenne. Tour d’horizon des principaux travaux en cours.
Sur la Seine amont, la rénovation en cours des 4 écluses secondaires (Coudray-Montceaux, Vives-Eaux, La Cave et Champagne) devrait être achevée d’ici 2023.
Sur la Seine aval, différents travaux de rénovation et de modernisation ont été lancés au cours du premier semestre 2020. C’est le cas pour le barrage de Poses et pour les deux écluses de Méricourt.
Quant au projet de Mise Au Gabarit Européen de l’Oise (MAGEO), la phase d’enquête publique s’est achevée le 29 avril 2021. Sa réalisation devrait intervenir d’ici 2027.
Débutée en septembre 2020, la remise en navigation du canal Condé-Pommeroeul et son approfondissement au gabarit 3000 tonnes sera opérationnelle fin 2022.
Les travaux de rectification de la Lys mitoyenne ont été lancés au printemps 2020, des côtés français et wallon. Ils devraient durer 2 ans et demi.
En région wallonne, le pont des Trous de Tournai a été déconstruit à l’été 2019 afin de permettre à terme la traversée d’unité fluviale de plus grand gabarit.
En Flandre, la rénovation des écluses de Sint-Baafs-Vijve et de Harelbeke sur la Lys a été achevée en 2021.

Partenaires du projet

Voies navigables de France

L’établissement public Voies navigables de France (VNF) portera la réalisation de l’ensemble des autres aménagements liés à la liaison Seine-Escaut en France, hors canal Seine-Nord Europe. VNF est membre de l’Alliance Seine-Escaut.

Société du Canal Seine-Nord Europe

La réalisation du canal Seine-Nord Europe a été confiée à une société de projet, la Société du Canal Seine-Nord Europe, dont le Conseil de surveillance est présidé par Xavier Bertrand, Président du Conseil régional des Hauts-de-France. La Société du Canal Seine-Nord Europe contribue aux travaux de l’Alliance Seine-Escaut.

Retour haut de page